loader image

Envoyer des mails ? C’est pas un peu old school comme technique marketing ? 

C’est la réaction que l’on pourrait avoir à l’évocation du mot “newsletter”. 

On la perçoit comme un texte peu intéressant écrit par le stagiaire de 3ème qui va finir dans la corbeille mail de tout le monde, sans que personne n’ait même pris la peine de l’ouvrir. 

FAUX. (sans vouloir plagier un certain youtuber).

Avant d’aller plus loin, il est essentiel de différencier la newsletter de l’email marketing de masse. 

Très répandu dans les années 2000, l’email marketing de masse consistait à envoyer des textes impersonnels à une base de données alimentée de façon plus ou moins discutable. Avec la réforme RGPD, ces techniques de spams sont désormais hors-jeu. Et c’est tant mieux.

La newsletter, elle, est toujours d’actualité. On vous explique pourquoi en 4 arguments.

La rédaction de newsletters est toujours d’actualité parce que c’est une stratégie de volume

En 2019, 3,9 milliards de personnes ont utilisé l’email comme moyen de communication dans le monde (Statista, 2020). Et ce chiffre doit passer à 4,48 milliards en 2024. 

Plus que les réseaux sociaux, le mail est intergénérationnel. 

Tout le monde a une adresse, parfois plusieurs. De notre petit cousin qui l’utilise pour s’inscrire sur TikTok à notre grand-mère qui l’utilise pour commander des tirages photos. 

Vous pouvez mathématiquement être lu par beaucoup de monde. La newsletter n’a de limite que la taille de votre liste de diffusion

Et la diffusion en elle-même est non seulement volumineuse, mais instantanée. Là où le phoning est ultra limité par exemple. Vous mettrez 3h à appeler 10 personnes alors qu’il vous faudra 3 minutes pour envoyer une seule newsletter à 500 personnes en même temps.

En bonus : l’emailing vous offre le moyen de les joindre h24.

Par ailleurs, vous avez une visibilité précise sur qui vous avez touché, quand, comment. Et pouvez travailler dessus. 

D’après Send in Blue, le taux d’ouverture moyen d’un mail est de 22,8%.

Bien entendu, ce chiffre varie fortement en fonction de votre secteur d’activité et de la relation que vous avez réussi à tisser avec vos clients. 

À vous de le faire grimper ! 

Parce que c’est une stratégie pertinente

L’email est le canal préféré des internautes pour interagir avec les marques (52%) devant les réseaux sociaux, les apps ou les chats.*

Pourquoi ? 

Parce que c’est un canal dans lequel on a confiance

Premièrement, c’est par ce biais que l’on reçoit toutes les informations personnelles dites ‘importantes’. L’administratif en tête de peloton. 

Ensuite, parce qu’il s’agit d’un espace personnel qui, par définition, n’est destiné qu’à nous. Nous sommes le.a destinataire particulier.e à qui s’adressent les mails intrants. Nous y retrouvons quasi toujours notre prénom. 

Et personne d’autre n’interfère dans notre espace mail. 

Nous le façonnons selon nos envies. Nous choisissons consciemment ce que nous recevons. Tout comme nous sommes libres d’interrompre la réception d’un contenu qui ne nous intéresse pas ou plus. 

C’est d’ailleurs un très bon exercice à faire à titre personnel. Vous pouvez prendre le temps de vous désinscrire de toutes les newsletters non qualitatives (souvent envoyées de façon “pas très RGPD”) ou suscitant un très faible intérêt car froidement promotionnelles (souvent envoyées par les grands groupes). Le but : recevoir uniquement un contenu qui vous intéresse. Parce qu’évoluant dans le même environnement, on se sent particulièrement proche des commerçants locaux. 

Soyez celui dont la newsletter est incontournable dans sa ville ! 

Ce point marque une grande différence avec les publicités Facebook et Instagram par exemple. Ces techniques s’adressent à un panel de personnes indifférenciées. Panel qui interagit souvent avec un contenu non sollicité, qui peut être perçu comme intrusif.

Face à cela, la newsletter est plus ‘smooth’. La relation est personnalisée et donc plus privilégiée.

Les personnes inscrites à votre newsletter sont des prospects ultra-qualifiés. Ils se sont inscrits de leur propre initiative. Ils vous connaissent donc déjà ou sont déjà clients. 

Il ne dépend plus que de vous de les fidéliser !

Parce que c’est une stratégie rentable

En comparaison aux coûts engendrés par des campagnes publicitaires traditionnelles, la newsletter n’en génère que très peu. 

D’où un excellent retour sur investissement. D’après une étude de Litmus, le ROI moyen de l’email marketing s’élève à 3800%.

En effet, la newsletter vous demandera surtout du TEMPS pour analyser votre cible, créer du contenu qualitatif et collecter des adresses mails. Mais très peu d’investissement initial.

Vous devrez simplement compter la souscription à un outil de marketing automation pour gérer vos campagnes. 

En plus de cela, elle vous permet de rediriger vos lecteurs vers votre site internet. 

Via des boutons ‘call to action’, vous pouvez les encourager à prendre connaissance d’un contenu complémentaire, d’une news, d’un produit, d’une offre sur votre site. Et donc potentiellement, vous convertissez !

Enfin, au fil des emails, vous créez du lien. Par la diffusion d’un contenu qualitatif et adapté aux profils de votre cible, vous construisez avec elle une relation de confiance. 

Vous pouvez communiquer sur vos temps forts au moment venu. Pour votre futur lancement, vos évènements promo, l’ouverture d’une prochain point de vente physique…

Parce que c’est une stratégie résiliente

Et ce n’est pas juste pour caler un mot que l’on entend beaucoup en ce moment !

C’est une stratégie secure. Une stratégie qui résiste aux éventuels chocs car faiblement dépendante d’éléments externes.

Si demain votre site web crash, si l’algorithme Facebook vous invisibilise complètement, si Instagram bloque votre compte, si vous n’avez pas le budget suffisant pour une campagne d’affichage… la newsletter (grâce à la base email) sera toujours là.

En effet, une stratégie de diffusion de newsletter est autosuffisante. Dans le sens où elle ne dépend d’aucune fluctuation algorithmique (parfois obscure).

L’algorithme de Facebook a ses humeurs. Et nombreux sont les annonceurs qui accusent une baisse de leur portée organique. Difficile d’être proactifs face à quelque chose qui n’est pas directement contrôlable. 

Avec un mail, pas de problème à ce niveau-là. Mise à part la menace de voir votre mail redirigé dans la catégorie ‘spams’. Aïe. 

Cependant, il existe un certain nombre de bonnes pratiques pour y remédier. Au delà de fournir un contenu de qualité aux bonnes personnes, bien sûr. Dites-nous en commentaire si vous êtes intéressés par un article sur le sujet. 

Par ailleurs, le contenu newsletter est réutilisable quasi à l’infini. 

Vous avez la possibilité de créer des parcours emails. Et de pouvoir les faire partir en fonction du moment où vous collectez une adresse email. 

Par exemple, je suis une marque de streetwear made in Paris. Je crée un parcours de 10 mails à envoyer sur 10 semaine portant chacun sur 1 monument parisien qui a inspiré ma collection permanente, avec des tips pour visiter chacun d’entre eux. Je capte une adresse email d’un prospect le 1er du mois, le mail 1 part le 1. Je capte une adresse mail d’un prospect le 10, le mail 1 part le 10. Et ainsi de suite. 

A l’inverse, un tweet – par exemple – est un contenu ‘one shot’. Les tweets ont une durée vie moyenne de 4h04. Si vous n’avez pas touché votre cible à pendant ce laps de temps, c’est quasi foutu pour ce contenu !

Enfin, comme nous l’avons vu dans notre troisième point, construire une stratégie de newsletter vous permet de créer du lien. En lui fournissant un contenu éditorial, non nécessairement publicitaire.

Vous fédérez une communauté qui, forte de la valeur que vous lui apportez gratuitement, vous fait confiance. 

Elle regroupe vos ambassadeurs. Qui vous suivront dans vos futurs projets. C’est un pari sur le long-terme ! 

Pour conclure, même si elle se présente comme l’ancêtre des techniques marketing, la newsletter traverse les années. Mieux, comme un bon vin, elle semble s’améliorer. Encore faut-il savoir l’utiliser. Voire la réinventer, pour correspondre aux nouvelles façons de s’informer et de consommer.

Elle fait partie intégrante d’une stratégie d’inbound marketing. N’hésitez pas à aller consulter notre article Qu’est ce que l’inbound Marketing ? qui vous donne les principales clefs pour en comprendre la démarche.  

À noter aussi que l’idée n’est pas d’abandonner complètement les stratégies de marketing traditionnels (ou outbound) qui vous permettent généralement de capter l’attention de vos prospects en premier lieu. Les objectifs sont différents !

Bref, la newsletter est toujours d’actualité. Et ça, ce n’est pas une fake NEWS.

Checklist : 5 actions à mettre en place pour démarrer votre stratégie newsletters. 

  • Construire votre base email : définissez une stratégie multicanal pour collecter un maximum d’adresses email 
  • Définir votre ligne éditoriale : définissez les grandes thématiques que vous allez aborder et la façon dont vous allez les traiter
  • Créer votre planning : déterminez les 5 premiers sujets et leur objectif
  • Créer votre newsletter : construisez le plan, rédigez et intégrez des « call to action »
  • Programmer votre newsletter : choisissez un outil de marketing automation pour automatiser vos envois